vlcsnap-2019-01-26-01h17m20s405

 

Pour la cinquième représentation de 'A Nos Tendresses' (la seconde à l'Atelier du Verbe), Jann Halexander affichait de nouveau complet, faisant découvrir, redécouvrir des œuvres emblématiques de la québécoise Pauline Julien (Le temps des vivants, L'Âme à la Tendresse, Ah que l'hiver etc) mélangées à ses propres chansons (C'était à Port-Gentil, les gens de couleur n'ont rien d'extraordinaire, l'Abduction). Ce n'était donc pas un hommage classique mais personnel, où l'ombre de Pauline Julien et de l'enfance canadienne du chanteur planaient et donnait sa coloration au spectacle. Un spectacle d'une heure dix, compact, sans rappel, avec le talent de Bertrand Ferrier au piano.

Jann Halexander 'L'Etranger' (Pauline Julien) #extrait #live

 

Jann Halexander 'L'Âme à la tendresse' (Pauline Julien) #extrait #live

 Il s'agissait également de la dernière de l'artiste à l'Atelier du Verbe où il chantait depuis le 12 octobre, en tant que 'résident'. Il devrait se produire en province ensuite avant de retrouver la scène de la belle salle du Nez Rouge le 16 mai pour un nouveau spectacle.

NEZ ROUGE