FRANCOPHONIA

La bulle d'Audrey #pop #decouverte

Cool

téléchargement (1)

 

 

 

Posté par CDM75 à 23:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


Quand la chanteuse AleyNa chante SA France...

téléchargement

 

AleyNa // Ma France (Official Vidéo)

 

 

 

 

Posté par CDM75 à 23:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Pauline Julien interprétée par Jann Halexander le 25/01/2019 : entretien

L'Atelier du Verbe a une jolie réputation dans le milieu culturel, sans doute le côté chaleureux du lieu et son emplacement. Et c'est dans ce lieu que Jann Halexander  se produit le 25 janvier prochain. Il interprétera la chanteuse québécoise Pauline Julien à sa manière.

Jann Halexander by ROZENN DOUERIN, 31 janvier 2018, A NOS TENDRESSES

 

Jann Halexander, ce 25 janvier, vous proposez un spectacle autour de Pauline Julien. Pour un auteur-compositeur comme vous, n'est-ce pas bizarre de s'attacher à la mémoire d'une femme qui fut surtout une interprète ?
Alors c'est curieux Pauline Julien a laisse l'image d'une chanteuse interprète alors qu'elle a écrit nombreux de ses textes. Ecrit ou co-écrit, je pense à 'L'âme à la tendresses', 'As-tu deux minutes', 'L'étranger', 'La litanie des gens gentils', 'Urgence d'amour' etc...Ce n'est pas courant, je le conçois, d'interpréter un artiste interprète mais justement certaines chansons qu'elle a interprété, elle leur a donné corps, elle leur a donné vie à tel point qu'on pourrait penser qu'elle en est l'auteure. C'est sa grande force. Quand j'entends 'Gros Pierre', 'Ah que l'Hiver', je ne pense pas à Gilles Vigneault, que j'adore pourtant, non je pense à Pauline Julien. Et à une partie de mon enfance à Ottawa. 

Pauline Julien - As tu deux minutes

Pauline Julien - L'âme à la tendresse

Afronight avec Jann Halexander 14/02/18

Les fidèles - de plus en plus nombreux et de plus en plus fidèles - qui vous suivent apprécient les spectacles originaux et complètement différents que vous donnez chaque mois, depuis septembre, au Théâtre atelier du Verbe (Paris 14). Mais - attention, provocation ! - là, quand même... Pauline Julien, n'est-ce pas ringard ?
Oui. Je suis impressionné par les fidèles qui viennent et reviennent. C'est émouvant. Je chante pour les gens, pas pour moi. En tout cas je cherche l'interaction, le partage. J' espère que ça va durer. Est-ce que Pauline Julien c'est ringard ? Pour les jeunes cons, sûrement. Pour les vieux cons qui jouent aux jeunes cons aussi je suppose. Mais ringard ou ringard ou pas, je m'en contrefous. Ce qui compte c'est si j'aime, si je trouve ça beau, si cela me transporte. A vrai dire Ringard ne fait pas partie de mon vocabulaire. Vous parlez à quelqu'un qui écoute Dalida, Anne Sylvestre, Abba et Catherine Ribeiro, ne l'oubliez pas. Mon souci c'est l'existence des chansons. Elles doivent voyager, toucher le plus de gens possible de gens différents. Je suis heureux d'avoir permis à des africains, des antillais de découvrir Pauline Julien, Anne Sylvestre. Je ne dis pas que c'est simple. Mais cette démarche est nécessaire pour exister, d'aller vers le public dans sa globalité, de ne pas viser spécialement un public qui n'écouterait 'que' ce type de chansons. 

Jann Halexander chante Pauline Julien 'LA SOLITUDE ENCORE'

Jann Halexander - Le Marginal - Réédition Anniversaire


Vous venez de rééditer un album vieux de dix ans, avec un succès impressionnant, notamment côté streaming et achats dématérialisés. Avec ce spectacle, c'est l'opposé : vous chantez une grande dame qui illustre la chanson "à l'ancienne". Comment vivez-vous cette dichotomie entre vos deux facettes, l'artiste 2.0 et le chanteur "à textes" qui se produit volontairement dans de petites salles, "comme c'est qu'on f'sait dans l'bon vieux temps" ?
 
Volontairement je chante dans des petites salles mais pas systématiquement (je précise que je ne crois pas au bon vieux temps). A vrai dire j'ai chanté dans des jauges très variées depuis mes débuts, de 50 à 1000 places, je ne suis pas un chanteur estampillé 'salle intime' etc. C'est vrai que sur plusieurs mois, je peux faire l'équivalent d'un Café de la Danse - salle que je connais bien, c'est pourquoi je la cite. Pauline Julien pour moi est une chanteuse très éclectique. Tantôt diseuse, tantôt rockeuse, soucieuse de son image, de ses tenues, du graphisme de ses pochettes. Soucieuse de ce qui l'entourait, de l'actualité. Elle vivait vraiment en phase avec son époque. Bref, elle était moderne. Et elle aimait le succès. Elle aimait les salles pleines, chanter à la télévision.  Je suis un artiste 2.0 dans le sens où je vis avec mon époque, je l'assume pleinement, j'apprécie internet, j'apprécie quand je passe à la télévision même si c'est rare, j'apprécie la reconnaissance, j'apprécie quand de temps en temps quelqu'un se demande dans la rue si je suis  chanteur, j'apprécie les réseaux sociaux utilisés à bon escient. Mais accepter cette modernité ne signifie pas se renier, qu'il s'agisse de mon répertoire ou des chansons du répertoire général. C'est beau quand des spectateurs prennent des photos et des courtes vidéos de moi chantant 'L'âme à la tendresse' pour ensuite les partager sur instagram, facebook, whatsapp en 2018. La boucle est bouclée. Peut-être pour certains je fais le grand écart, mais je ne vis pas cette dichotomie dont vous parlez. 

Web Pauline Julien

 Jann Halexander chante Pauline Julien

25/01/2019

Atelier du Verbe, Paris

Michel Bühler interprété par Bertrand Ferrier : entretien

L'Atelier du Verbe a une jolie réputation dans le milieu culturel, sans doute le côté chaleureux du lieu et son emplacement. Et c'est dans ce lieu que le chanteur- écrivain Bertrand Ferrier se produit le 18 janvier prochain. Il interprétera le grand chanteur suisse Michel Bühler à sa manière et ça promet !

 

PHOTO 1

 

Bonjour Bertrand Ferrier, vous allez interpréter Michel Bühler le 18 janvier, pourquoi Michel Bühler quand vos collègues interprètent plutôt Ferrat, Brel, Barbara ?

Ah, vous oubliez Allain Leprest, non ? Mieux, vous auriez dû poser la question à Claire Elzière quand elle chantait, excellemment, feu le formidable Pierre Louki ! Pardon de vous provoquer. Je vais répondre à votre question : en l'occurrence, Michel Bühler est vivant. C'est essentiel. Je ne cherche pas à capitaliser sur un nom ultraconnu pour faire du pèze, juste à partager mon émotion devant 50 ans de chansons associant engagement, sensibilité et humour, écrits par un homme qui ne chante plus mais est toujours là. En revanche, si vous connaissez "Frederik"-Reinhardt Mey, je proposerais bien un projet autour de ses chansons à Jann Halexander, producteur de cette soirée Bühler !
Pourquoi le choix d'être entouré de musiciens ?

Ha, merci pour cette question essentielle ! Soyons clairs : rien ne me touche plus qu'un artiste avec son instrument face au public. En plus, ç'aurait été hyperplus pratique pour moi de m'en tenir au clavier-chant. Néanmoins, en sollicitant Jacques Bon, Fabrice Dupray et Michaël Koné, j'assume un objectif : que les spectateurs capables de sortir de chez eux pour entendre l'inconnu Bertrand Ferrier alors qu'il fait froid et moche, viennent écouter un concert de vieilles chansons façon piano-voix... et se retrouvent devant un répertoire bouleversant, porté par un basson, un hautbois, un cor anglais, des trompettes, un baryton, un haute-contre, un récitant, un piano et un chanteur. Donc éprouvent le frisson de la chanson. Moi qui, actuellement, répète en tâchant de ne pas me laisser submerger par la puissance drôle, corrosive, ravissante de Michel Bühler, j'aimerais que les curieux sortissent du concert, poils hérissés, en se disant : "Wow, c'était... hors de l'ordinaire". C'est prétentieux, soit, mais j'assume le projet !
Qu'attendez-vous de ce spectacle ? Des programmations en Suisse ?
Carrément. Et au Québec. Et même, osons être carrément dingue, en France. Ce nonobstant, surtout, surtout, putain surtout, j'aimerais que les spectateurs repartissent, même en oubliant Bertrand Ferrier, en restant, éternellement, en amour avec Michel Bühler.

Nous n'avonspas bien entendu, vous avez ajouté quelque chose ?

Nan, je susurrais juste : pfff, tu parles d'une responsabilité...
Bertrand Ferrier chante Michel Bühler
18 janvier 2019
Atelier du Verbe
Paris

web-Bertrand Ferrier

 


Dans les coulisses du nouvel album de Tita Nzebi #Backstage

41585115_783331042015413_4288715545898909696_n

Dans les coulisses du nouvel album de Tita Nzebi
#Backstage

41515047_998641623655640_3100044477276880896_n

41539076_865983620265056_1168409946950205440_n

41564788_1008464569334058_4801253144589762560_n

41575517_258685234986426_1940465915095154688_n

 

Si elle chantait depuis 2004, sa notoriété s'est véritablement installée le 21  janvier 2017 lors du show 'Une Aurore se lève' au Café de la Danse, pour le respect des droits de l'homme au Gabon. La chanteuse Tita Nzebi est la preuve vivante que l'artiste peut être engagé et grand public à la fois. Et quel engagement ! N'espérez pas la mettre dans le panier des chanteurs de world africains qui chantent la colonisation, l'immigration, la colonisation, l'immigration, sujets nobles certes, mais ressassés à outrance au risque de faire l'impasse sur tant d'autres sujets aussi importants.

Soyons francs : quand on arrive le premier jour, mardi 11 septembre 2018, à la Clef Saint Germain (à Saint-Germain-en-Laye), où la chanteuse est en résidence pour 4 jours, nous sommes intimidés. L'ambiance est studieuse - qui a dit que les musiciens étaient forcément désinvoltes ? La chanteuse et ses musiciens connaissent  la salle, ils s'y sont produits le 10 mars dernier. La Clef Saint Germain est un espace polyvalent, salle de concert, espace de consultation, lieu de répétition avec de nombreux studios. Ce qui frappe c'est de voir au delà de la complicité, à quel point les musiciens sont dévoués à Tita Nzebi, d'un professionnalisme qui force le respect. Ivan Rechard le contrebassiste pose une question  sur une modulation, à quel moment la situer. A son tour, Serge Ananou à la guitare apporte une suggestion. Chaque note compte, on l'oublie souvent, la note au bon moment, le mot au bon moment, de même la gestuelle au bon moment, ont un sens et pour en arriver là, ce sont des heures et des heures de travail. Il est nécessaire de le rappeler à une époque de consommation-zapping de la musique où des centaines de pseudo-artistes se consacrent davantage à poster des selfies qu'à travailler leur art. Un album demande beaucoup de travail, d'amont en aval. Tita Nzebi n'a jamais caché, au fil de ses interviews à quel point la musique était transcendance pour elle, une recherche du beau. Le beau se travaille et chaque session de répétition est enregistrée. 
On se fait discret en observant Serge discuter avec Georges Dieme à la batterie. Tandis que Tita Nzebi observe ses notes. Concentrée. Ce nouvel album est important, pour elle, qui se sait quelque part attendue au tournant. 

41589677_1845901258799040_5022863479854333952_n

41594436_2149557515256022_7745080989772152832_n

41610905_2280623868633780_1854587008924516352_n

41666412_665458927173779_1375415331824074752_n

 Avec son premier album 'Metiani',  en 2011, qui a tout de l'album culte tant il jette les bases de l'univers de la chanteuse, Tita Nzebi à travers dix titres chante la vie au Gabon, les souvenirs du village, la richesse de la langue nzebi, mêlant tradition et modernité. Un album qu'elle allait défendre sur scène, ville après ville, avec le soutien du label Bibaka. 
Sept ans plus tard et des concerts mémorables, c'est avec impatience qu'on attend le nouvel album et là encore l'artiste nous surprend. A l'issue de plusieurs concerts réussis en Inde fin 2017, elle a choisi d'intégrer son expérience indienne dans son nouvel album. Il s'agit là de quelque chose d'audacieux. Le public avait pu déjà en découvrir un aperçu lors du show 'Clair de Lune' le 3 février dernier au Café de la Danse avec 'From Kolkata', saisissante chanson  venue comme d'un lointain ailleurs, irréel. 
On entend des bouts de chansons, des discussions feutrées et tout doucement nous quittons les lieux, intimidés...et impatients de découvrir ce nouvel album que la chanteuse défendra en 2019 sur scène. Nous en reparlerons. 
La rédac.

41669254_1037534916406125_6800386723810377728_n

41707438_318776512219101_6880006698694606848_n

Anna Prucnal inoubliable...

Anna Prucnal "Histoire d'amour" (live officiel) | Archive INA

Posté par CDM75 à 02:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

'C'était à Port-Gentil' : une chanson de Jann Halexander sur un Gabon méconnu...

 

single-jannhalexander2018-port-gentil1306-01

Et si le Gabon était le plus connu des pas méconnus ? Que de clichés sur ce pays : pétrole, forêt, Omar Bongo, Schweitzer. Ce pays jouit également d'une réelle diversité musicale, dans l'étroitesse de ses frontières mais à l'étranger aussi. Du Gabon, il est question dans le titre 'C'était à Port-Gentil' de Jann Halexander, qui évoque dans une forme de nostalgie douloureuse, le pays natal, avec tendresse et dureté. Un titre qui sort alors que cela fera bientôt deux ans que le Gabon a sombré dans une dictature réelle et une atmosphère de peur, un peu trop minimisée par les médias généralistes.

 

JANN HALEXANDER - 'C'ETAIT A PORT-GENTIL' (clip officiel)



Posté par CDM75 à 18:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,